La relation Coach / Athlète

La relation Coach / Sportif est elle tronquée ? est elle sincère? avons nous les outils nécessaires pour y répondre? Comment le coaching peut il aider ?

 

La relation entre l’athlète et l’entraineur, ou le « coach », est souvent au cœur de la polémique dans le milieu du sport. Nombre d’athlètes changent d’entraineur ou de « coach » lors de leur carrière pour de multiples raisons.

Cet article, propose un regard différent sur la relation qui s’installe entre ces deux entités. Je ferai fis de l’aspect technique et tactique, pour analyser l’échange, le comportement et les jeux qui s’installent, souvent inconsciemment, entre les deux protagonistes.

Par définition un entraineur est :

« Entraineur » est défini dans le Larousse comme : « Personne qui, par des exercices gradués, entraîne un athlète, un boxeur, un nageur, une équipe, etc., et les prépare à une compétition »

D’après cette définition, l’Entraineur engendre un apport exogène d’information, qui doit permettre au sportif de progresser. Son apport sera concentré sur le plan technique et aura pour but d’améliorer directement la performance du compétiteur. L’entraineur constitue une stratégie d’équipe, un plan de progression physique, évalue les besoins techniques et planifie les exercices en fonction. Il est le garant de l’évolution de l’athlète d’un point de vue tactique et technique.

A travers cette définition, la place de l’entraineur est clairement définie. Cependant après avoir pris le temps d’observer différents entraineurs et athlètes dans leurs échanges, il s’avère qu’un certain « jeu » s’installe entre les différentes parties.

 

L’entraineur ou le « coach », à souvent un rôle  multi casquette 

teacher-jobs

Il gère tous les aspects de la vie de son ou ses sportifs : vie privée, vie professionnelle, plan de carrière, alimentation, fréquentation…

 

Du point de vue de l’entraineur cela peut être considéré comme une envie d’aider et d’accompagner le sportif au mieux. Mais est-ce réellement le rôle de l’entraineur ?  Ne risque-t-il pas d’asphyxier l’athlète ?

L’omniprésence peux provoquer chez l’athlète un sentiment de dépendance qui nuire aux performances.

Pour l’athlète, la relation peut paraitre idyllique au départ, car l’entraineur s’occupe de tout ! Mais que ce passera t’il lorsque il souhaitera prendre des décisions par lui-même ? Si ces décisions ne sont pas en accord avec celle imposées par son entraineur ? Sera-t-il maitre de ses choix ? Prendra-t-il conscience de l’impact de ses décisions ?

Quand les résultats ne sont pas à la hauteur, lorsqu’un membre de l’équipe commet une faute, ou lorsque l’athlète estime avoir été lésé par l’arbitre, etc… Quels sont les outils du coach ou de l’entraineur pour réussir à dynamiser et remotiver ses athlètes ? Comment gérer une situation de conflit entre l’athlète et le référant ?

Au final, aucunes des deux entités ne trouvera sa place pour s’émanciper. D’où la nécessité de la part de l’entraineur, ou du « coach », de préserver le bien être de l’athlète en dosant son investissement et en prenant du recul pour analyser les réactions de l’un et de l’autre.

Voici trois outils que je propose dans mes suivis en coaching d’athlète, d’entraineur ou coaching d’équipe:

  • La technique du Petit Vélo :

Cette technique permettra au coach d’observer toutes les parties prenantes de l’échange. Il arrive que lors des échanges, les croyances et les valeurs propres à chacun soient troublées ou remises en question. De ce fait, en gardant un regard bienveillant sur les différentes parties, le coach garantit le bien être de l’un et de l’autre.

Petit Vélo

 

  • La règle des 3 P:

Cette règle doit être expliquée à l’athlète avant le premier entretien. Cette formule reprend les règles et les conditions dans lesquelles se déroule un coaching.  Ce sigle « 3P » fait référence à une dynamique entre les états du moi permettant l’expression de la créativité, l’initiative ou l’expérience d’un individu dans des conditions de sécurité et d’encouragement optimales.La règle des 3P :

Petit Vélo - 2

Permission :

Laisser le coaché libre de faire ou de ne pas faire, d’être ou de ne pas être d’accord, de poser des questions…. Il pourra ainsi laisser ses opinions, ses envies et ses choix s’exprimer.

 Protection : Non jugement, confidentialité, Respect de l’individu 

Cette protection est souvent inexistante dans le sport, car le référent se considère comme le « grand sachant » ce qui peut parfois amener l’athlète à se rabaisser. Dans ce cadre, le Coach garantit l’écologie du sportif.

 Puissance : Choisir de s’engager dans le processus de coaching, se responsabiliser

En suivant cette règle, le Coach détermine, met en place le cadre et le rapport collaboratif afin de permettre à l’athlète de s’exprimer librement et d’explorer chaque partie de ses recherches pour progresser. Il garantit également l’écologie du sportif. Cet effet de puissance libère souvent les athlètes, car cela leur permet de laisser parler les demandes qu’ils n’osaient pas affirmer jusque-là. Un athlète n’ose pas mettre en avant ses points forts ou ses envies : physique, vitesse, technique, musicalité, etc… car il suppose que ce qu’il fait ne permet pas d’accéder à la plus haute marche. Cette supposition est souvent engendrée par une position trop haute du Coach et réduit les danseurs à la notion de : JE SAIS / VOUS NE SAVEZ PAS.

 

  • L’écoute active :

L’échange lors d’un cours ou séance d’entrainement, se limite souvent aux paroles des deux parties : le Coach et le(s) coaché(s). Ces échanges ne font que retracer une infime partie de ce que peut ressentir l’athlète. De ce fait, le Coach passe au travers de beaucoup d’informations en ne prêtant attention qu’aux mots. De plus, certains Coach, ou Entraineurs, dans le cas de la Danse Sportive, lorsqu’ils ont cours pour la première fois avec un couple, ont tendance à les faire danser et ainsi à ne vouloir corriger que ce qu’ils aperçoivent à l’instant T sans prendre  le temps de cerner le fond de la problématique.

Le Coach doit prendre un certain temps pour questionner l’athlète. Au travers de son écoute et sa stratégie de questionnement, il pourra percevoir différents modes d’échanges avec les danseurs pour élucider la problématique. Pour exemple : le danseur parle beaucoup de son « feeling », de son corps, de sa vision de la danse, de ce qu’il entend avec la musique. De ce fait, il est important de tenir compte du langage NON VERBAL de l’athlète car il utilisera son corps pour exprimer ce qu’il ressent.

L’utilisation du VAKOG (l’utilisation des sens) par le Coach / entraineur sera un outil performant afin détailler l’échange. Ces différentes façons de communiquer avec le coaché permettront de maximiser les chances de compréhension de la problématique et de trouver ainsi une voie de communication commune et propice a l’athlète.

VAKOG :

  • Visuel
  • Auditif
  • Kinesthésique
  • Olfactif
  • Gustatif (moins présent chez le danseur)

C’est à la suite de cela que la relation professionnelle et authentique prendra forme. Cependant le Coach se doit, de par sa posture, d’être intellectuellement pleinement disponible pour le coaché. Afin de se permettre de mener à bien l’entretien ou la séance d’entrainement, le Coach pourra également utiliser la technique des 4 R afin de renforcer cette écoute :

  • Résumé
  • Ré-contextualisation
  • Reformulation
  • Renforcements

En suivant ces 4 points, le Coach va démontrer sa présence dans l’échange et renforcer celui-ci. Cela permettra également au coaché de sentir cette écoute active et ce dernier aura la permissivité nécessaire pour laisser exprimer sa puissance. C’est cette puissance qui autorisera l’athlète à une introspection pour lui permettre d’exprimer son JE et le laisser transparaître dans sa performance.

Cette liste d’outils n’est bien sûr pas exhaustive, et il y a beaucoup de possibilité pour améliorer la relation entre le référant et l’athlète (coach mental, coach sportif..). L’analyse de cette relation n’est que succincte et mériterait d’être développé plus en profondeur. Néanmoins cela met en avant le manque cruel d’outils pour les référants et la nécessité de continuellement de se former pour répondre au mieux aux besoins de l’athlète.

Je vous invite à me contacter pour un accompagnement, pour des séances personnelles de coaching ou de préparation mentale vous permettant de palier à votre problématique.

www.marc-fabrici-coaching.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :